space space
spaceLogo
space
space space space space space space
space
space
space
English version
|
space
space
space
Présentation | Liste |
space
space
space
space space space space space
space space
ZE#6
Thibault de Gialluly,
Marie Lelouche, artistes en résidence
Olivier Menanteau, artiste invité
J.Emil Sennewald, critique d’art en résidence
space
Télécharger
ZE#6 - Dossier de presse
  space
ZE#6 - FORME D’EXPOSITION ZE#6 - RENCONTRE
space
     
space
space

Thibault de Gialluly, Marie Lelouche, artistes en résidence.
J.Emil Sennewald, critique d’art en résidence,
Olivier Menanteau, artiste invité.

+

ZE— Zone d’Expérimentation est un espace et un temps de travail encadré proposé aux artistes en résidence à Astérides.
ZE combine action, réflexion, discussion entre les résidents des ateliers et des professionnels invités, issus du champ de l’art contemporain. Conçue comme une zone de recherche et d’expérimentation, ZE réunit les conditions favorables à une mise en perpective des problématiques de l’exposition, de la critique, de la production, en jouant et déjouant leurs principes, leurs codes et leurs fondamentaux.

Afin d’ouvrir et d’enrichir le processus de pensée, des moments de rencontres ponctuelles avec des professionnels expérimentés et conviant un public extérieur, sont organisés au cours et à l’issue du processus. Les productions réalisées lors du workshop sont rendues visibles par une présentation publique lors de la forme de l’exposition. Une publication rendra compte du travail réalisé.

— -

ZE #6 - RENCONTRE | Jeudi 4 avril 2013 à 19h

Autour du travail d’Olivier Menanteau, artiste invité, en discussion avec J.Emil Sennewald.

Hors-Les-Murs
20 rue Saint Antoine 13002 Marseille
Accès : Tram 2 (arrêt Sadi Carnot), Métro 2 (Joliette)
Entrée libre

— -

ZE #6 - FORME D’EXPOSITION
Toute image a sa légende
Les 17,18 et 19 mai de 11h à 19h
Dans le cadre du Printemps de l’Art Contemporain et de 48H CHRONO


Forme d’exposition visible jusqu’au 16 juin
Le vendredi de 15h à 22h / Les samedis et dimanches de 13h à 19h


ZE #6 - avec Thibault de Gialluly et Marie Lelouche, artistes en résidence,
J.Emil Sennewald, critique d’art en résidence.

La résidence d’artistes à Astérides dure 6 mois. Début avril, après 3 mois, un critique d’art et un artiste invité, en l’occurrence Olivier Menanteau, arrivèrent pour accompagner les recherches des artistes. Suite aux discussions, au regard des pratiques des trois artistes, leur intérêt portait sur les images et leurs récits. Chacun a sa manière de travailler sur les lieux, les formes et les symboles de ces récits. Ces légendes sont nécessaires pour identifier ce que les images donnent à voir(1). Le texte suggère fiabilité, vérité, identité. Mais, à l’instar de la photo prise le 12 juillet 1937 par Robert Capa en Espagne et identifiée comme mise en scène, comment faire confiance ?(2) N’est-ce pas le récit qui transmet à l’image sa réalité ? N’est-ce pas l’assujettissement (3) à l’image qui donne lieu à ce qu’elle est censée représenter ? Et celui-ci, ne résulte-t-il pas d’une circulation entre les sujets, leurs désirs, leurs raisons et troubles ? (4) Quel rôle attribue ce processus à l’artiste ? L’acte d’exposer est toujours lié à l’exposition du sujet exposant, à l’image qu’il « fait ». Toute image a sa légende a pour objectif de mettre en évidence, à travers des notes, des histoires, des images et des rencontres, la constitution de ce sujet.

La forme d’exposition se déroule en trois temps :

En amont ( les 17 et 18 mai de 11 h à 19 h) le dispositif de l’exposition sera monté, présenté au public. Les artistes et le critique seront disponibles sur place.

Dans un deuxième temps (18 mai à 21 h), le dispositif de l’exposition sera activé par un dîner avec un nombre défini de personnes invitées, la plupart, des acteurs de l’art contemporain. Ce dîner va amplifier la circulation du récit.

En aval (19 mai, 11 h à 19 h), le résultat de cette activation sera exposé pour, à nouveau en présence des artistes et du critique, répondre au public.

— -

(1)« „L’analphabète de demain, a-t-on dit, ne sera pas celui qui ignore l’écriture, mais celui qui ignore la photographie.“ Mais n’est-il pas pire qu’analphabète, le photographe qui ne sait pas lire ses propres images ? La légende ne va-t-elle pas devenir l’élément essentiel du cliché ? » Walter Benjamin : « Petite histoire de la photographie », in : Œuvres II, Paris : Gallimard 2000, p. 321.
(2) voir le récit de Robert Whelan, à consulter en ligne
(3) voir Butler, Judith, The psychic life of power : theories in subjection. Stanford, Calif. : Stanford University Press, 1997
(4) voir Cixous, Hélène. "Le Sexe ou la tête ?" in : Les Cahiers du GRIF. Vol. 13, October 1976, p. 5-15.

Friche la Belle de Mai - PETIRAMA
41 rue Jobin 13003 Marseille
Accès : Bus 49 et 52 (Arrêt Belle de Mai La Friche)
Métro : Gare Saint-Charles (lignes 1 et 2 puis 15 min. à pieds)
Tram : Longchamp (ligne 2 puis 10 min. à pieds)
Entrée libre


— -

ZE #6 - PUBLICATION | Dernier trimestre 2013


La publication fait suite à l’exposition qui s’est déroulée en plusieurs étapes. Elle est la dernière étape de ce programme et présente le projet complété des interventions de chacun des participants au dîner et de la reproduction de la nappe réalisée en couverture.

Textes : J. Emil Sennewald, critique d’art en résidence et avec la participation de Benjamin Laurent-Aman, Jean Cristofol, Thibault de Gialluly, Thierry Fournier, Charlie Jeffery, Marie Lelouche, Jean-Pierre Ostende et Marine Pagès.

space
 
spacer

space